Les relations sociales


Entretien avec un Aspie : les interactions sociales

Les difficultés dans le domaine des interactions sociales constituent un problème central dans l’autisme.

Les personnes autistes rencontrent des difficultés dans le développement et le maintien des relations avec autrui. Se faire des amis, les conserver, entretenir les relations amicales et amoureuses peut être un vrai défi.

Certaines sont indifférentes aux personnes qui les entourent. D’autres sont, au contraire, très actives socialement, mais leur relation avec autrui est qualifiée d’étrange.

Les comportements classiques permettant l’amitié comme le partage, la réciprocité ou la coopération ne sont pas naturels, entrainant une maladresse sociale.

Cela n’a rien à voir avec une timidité extrême, ni ne sont le résultat d’un retrait social volontaire. Le problème de l’autisme n’est pas un manque de désir d’interagir et de communiquer, mais un manque de possibilité de le faire.

Les personnes autistes aiment les règles claires. Elles peuvent les apprendre mais les situations sociales ne peuvent pas faire l’objets de définitions et de règles à appliquer strictement.

Beaucoup de règles sociales sont apprises dès l’enfance et beaucoup par imitation. Il n’y a pas véritablement de mode d’emploi à apprendre par cœur.


Voici les questions qui peuvent se poser à une personne autiste :
  • Quand et comment dit-on bonjour à un collègue, à un responsable, à un ami, au voisin ? Salut / bonjour / ça va / check / en serrant la main… / en faisant la bise…
  • A quelle distance devons-nous nous tenir de la personne pour parler ?
  • De quoi parle t-on à un collègue, à son voisin, à la caissière, à un ami, à son père, à sa sœur… ?
  • Quand doit-on prendre la parole ?
  • Comment doit-on se comporter quand un collègue est en colère, triste… ? Que puis-je lui dire ou non ?

Les personnes autistes ne sont pas insensibles mais elles ont souvent du mal à reconnaître, interpréter les émotions des autres. Elles peuvent donc être maladroites et ne pas adopter la bonne attitude.

Elles ont aussi des difficultés pour verbaliser leurs propres émotions. Elles peuvent exprimer leurs sentiments de manière très spécifique au point que seuls leurs proches ont appris à décoder leurs comportements.


Entretien avec un Aspie : la compréhension des émotions