Communication non verbale


La communication non verbale correspond au langage du corps.

La communication non verbale complète le message verbal. Elle aide à comprendre ce qui est dit.

Les comportements non verbaux regroupent : les gestes, le ton de la voix, rythme de l’élocution, les silences, le regard, les expressions du visage…

Cette communication renforce et crédibilise le message verbal lorsqu’elle est adaptée mais peut décrédibiliser ce même message si elle est inadaptée.

Les gestes et les attitudes

La gestuelle se manifeste par des postures qui peuvent concerner : la tête, le buste, le bassin, les jambes et les bras.

Par les gestes, nous nous exprimons. Nous n’adaptons pas la même posture lorsque nous sommes intéressés par une personne ou au contraire lorsqu’elle nous ennuie.

Ex : le hochement de la tête pour dire « oui »

Elles peuvent avoir des postures non adaptées socialement : bras ballants, se montrer très raide, poignée de main molle

Les expressions du visage

Les mimiques peuvent renforcer le message verbal ou bien le modifier et changer sa signification.

Les expressions faciales peuvent être voulues telles qu’un sourire, mais sont souvent incontrôlées (yeux écarquillés d’étonnement, les sourcils froncés de colère, etc.).

L’interlocuteur peut aussi envoyer des feedbacks à l’aide de ses mimiques afin de donner des informations sur son ressenti ou sa compréhension de ce qui lui ai dit (moue dubitative, ennui, incompréhension…). La personne peut alors adapter son discours.

Elles manifestent des émotions : la joie, la surprise, le dégoût, la tristesse, la colère, la peur…

Les mimiques des personnes autistes sont souvent pauvres voire en décalage avec leurs émotions ou la situation sociale (sourire trop exagéré, expression faciale figée). On peut alors se méprendre sur leur intention.

Contact visuel

C’est une compétence difficile à acquérir pour les personnes autistes.

Difficultés à regarder les autres dans les yeux. Elles peuvent donc avoir un regard vide, fuyant ou au contraire un regard insistant.

Pour autant la personne qui ne regarde pas son interlocuteur écoute bien ce qu’on lui dit.

L’apparence

L’apparence correspond à l’allure générale d’une personne (vêtements, coiffure, maquillage, accessoires). Elle est fonction de l’âge, du physique, des goûts personnels, du statut socioprofessionnel, etc.

Elle joue un rôle important dans la première impression que l’on a d’une personne. Par son apparence, la personne sujet veut donner une certaine image d’elle.

Les personnes autistes peuvent être mal fagotées, mal coiffées ou porter une tenue vestimentaire inappropriée à la situation. Cela peut être le cas lors d’un entretien d’embauche. Elles vont mettre leurs vêtements habituels et dans lesquels elles se sentent bien sans tenir compte des conventions sociales.

La notion de distance interpersonnelle

Elle est régie par la culture, les lieux, ou encore le contenu du message adressé.

EIles peuvent se placer trop près ou trop de leur interlocuteur.

Cela peut mettre mal à l’aise ou déstabiliser leur interlocuteur.

Les silences

Ils font intégralement partie de la communication car ils expriment quelque chose et qu’ils sont indispensables à l’écoute de l’autre. Certains silences sont lourds de sens. Il existe de multiples silences : Chaque silence doit être interprété et analysé en fonction du contexte.

Là encore c’est difficile pour elles de comprendre ces silences qui en disent long.

Prosodie

C’est l’ensemble des modifications de la voix (intonation, variation d’intensité, de haute, de timbre, de rythme au cours de la parole. Elle permet de renforcer le contenu du discours.

La voix est le premier vecteur de nos mots. Sans même voir la personne qui nous parle, nous sommes capables de dire si cette dernière est nerveuse, détendue, si elle sourit, etc.

Beaucoup présentent par exemple une voix qualifiée de « monotone » voire de « robotisée » ou une hauteur de voix inhabituelle.